26/04/2006

Un anniversaire que l'on voudrait ne pas célébrer

Il y a vingt ans jour pour jour, le 26 avril 1986, survenait le plus terrible accident nucléaire de tous les temps : le réacteur de la centrale de Tchernobyl fondait et un nuage radioactif se déployait d'abord sur l'Europe avant de survoler l'Asie et les Etats-Unis.Les experts de tous bords se contredisent quant aux conséquences de cet "accident" : pour certains, il y eut trente morts, pour d'autres, le nombre de victimes se compte par milliers. Ce serait grotesque, risible, s'il ne s'agissait souffrance humaine : comme le rappelait une chercheuse scandinave, il n'existe pas d'irradié "moyen", il n'y a que des victimes, des hommes, des femmes et des enfants qui souffrent encore de maladies cardiovasculaires ou de cancers en surnombre.Le régime biélorusse, taxé de dernière dictature d'Europe, ne reconnaît pas ses victimes et fait peser sur l'évènement une chappe de plomb plus sûre que le sarcophage qui recouvre désormais la centrale en ruine.Pourtant, on continue de construire des centrales, chaque jour plus puissantes, chaque jour plus dangereuses. Combien faudra-t-il de Tchernobyls pour décider de changer de société, pour revenir à des technologies maîtrisables et développer les énergies renouvelables ?

21:24 Écrit par Marco Bertolini dans Evènement | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |